JUBILÉ 2017: édito du mois de mars

par frère Michel Laloux: provincial des frères mineurs franciscains

Cueillir un bouquet de joie !

MichelPourquoi, en cette veille de Carême, vous parler ce Joie ? Et pourquoi cette métaphore aux fleurs, qu’elles soient petites, grandes, colorées ou parfumées ? Tout simplement parce que le Carême n'est pas un temps pour se tuer à l'effort mais une occasion d’apprendre à vivre pleinement. Et comment ajouter de la Vie à la nôtre si ce n'est en prenant conscience des joies, petites et grandes, nichées au cœur de nos quotidiens. Laissez-moi vous partager quelques pistes - pour être exact cinq - afin de récolter de la Joie.

La première c'est d'être capable dans nos journées, de distinguer une joie que la fraternité nous offre, cela peut être un regard plein de vie, un sourire ou encore une aide donnée ou reçue, à table ou dans le métro. Cette joie de la Fraternité nous invite à regarder l'autre, à prendre conscience de ce qu'il peut nous apporter.

Une autre joie se trouve dans la parole donnée ou reçue. Une parole de Dieu ou une parole de l'homme, un bonjour qui nous fait écho, dans lequel nous nous sentons bien ; un bonjour qui souhaite vraiment une bonne journée à l'autre. Suis-je capable, chaque jour, ce trouver cette parole dans mon quotidien ?

Une troisième joie est liée à la Création. Quand nous nous promenons en ville, à la campagne, à Paris ; arrivons-nous à voir l'arbre qui est devant nous, le ciel... en un mot tout ce qui est Beau et de pouvoir nous en réjouir ? Cela peut être aussi l'unité d'une rue, l'unité de la construction, tout ce que l'Homme sait faire de beau et d'harmonieux au service de son prochain. Oui, nous avons ce quoi nous émerveiller par les talents de l'Homme. La Création c'est aussi ce qu'elle donne d'entendre ou de goûter. Paradoxalement, on parle souvent du Carême comme d'une limitation, mais ce peut-être un temps pour goûter différemment, ce que d’habitude nous mangeons ou buvons, même un verre d'eau.

La quatrième joie est un peu plus particulière. Elle naît de la découverte de quelque chose qui nous est différent, qui nous bouscule, nous change ou transforme. Je pense à la rencontre de personnes que nous ne sommes pas habitués à fréquenter. Quand on parle d’immigration on pense à celles et ceux qui arrivent mais nous dans tout cela ? Est-ce que l'on ne peut pas immigrer dans la pensée, dans les idées d'autrui et nous offrir ce déplacement intérieur si fécond ? Cette liberté de faire ou de penser autrement.

Enfin, la joie la plus paradoxale mais nécessaire pour aboutir à une joie parfaite. A partir de quelque chose qui nous a agressé, ennuyé ou blessé, comment nous libérons-nous de la violence et de la colère ? Comment passons-nous de la passivité à la réactivité, de l'esclavage de nous-mêmes à une profondeur d'amour et de pardon. Certes ce n'est pas facile mais c'est ainsi que l’on rejoint la vraie Joie, celle qu’a expérimentée et prêchée saint François.

Riche de toutes ces joies que vous aurez repérées vous pourrez alors offrir à Dieu « un bouquet de joies » ! Alors à vos bottes et à vos ciseaux, il est temps de jardiner pour Dieu !

Célébration des 800 ans de l'arrivée des frères franciscains en France

1217, du vivant de saint François, l’Ordre Franciscain tout juste créé se structurait devant l’afflux de nombreux frères. Les frères rassemblés en chapitre à la Pentecôte décidèrent d’aller porter l’Evangile au-delà de l’Italie.

VezelayFrère Pacifique, poète et l’un de plus chers compagnons de François, fonda la première implantation franciscaine en France, à Vézelay, avant de poursuivre sa route jusqu'à Saint Denis.

800 ans après, la Famille Franciscaine compte plus de 3000 membres en France. Franciscains, capucins, conventuels, clarisses, sœurs franciscaines, compagnons, laïcs et clercs de tous âges : qui sont ces hommes et ces femmes, témoins de valeurs franciscaines ?

Du 1er mars au 4 octobre, la Famille Franciscaine vous invite à venir à sa rencontre pour célébrer la Joie Franciscaine !

Suivez l'actualité du Jubilé sur le site du jubilé

Fêtes franciscaines

20 mai - Saint Bernardin de Sienne, prêtre, Franciscain
1380-1444

bernardin de sienneEntré chez les Frères mineurs, il sillonne l'Italie à pied ou juché sur un âne. Sa prédication est "audiovisuelle", rude et directe, colorée d'anecdotes. Il interpelle, fait rire et pleurer, enchante et rend furieux. S'il fait réconcilier en public les factions politiques rivales, il dresse aussi des "bûchers de vanités" où les dames doivent jeter leurs bijoux. Il prêche souvent en plein air, dans les rues et sur les places, deux ou trois heures durant, à des auditoires de milliers de personnes. Il presse tout le monde "d'entrer dans la Famille de Jésus, le Seul qui puisse sauver". Frère Bernardin proclame avec véhémence "l'appel miséricordieux de l'amour divin". Il prêchait avant tout le Nom de Jésus et pour le graver dans les coeurs, il inscrivait sur des tablettes, des étendards et même au fronton des édifices publics les trois lettres J.H.S., initiales de l'expression latine "Jesus Hominum Salvator": Jésus sauveur des hommes. Prédicateur vibrant de l'Évangile, haut en couleurs et en gestes, Bernardin est d'abord un frère de saint François d'Assise. Vicaire général de son Ordre en Italie, il en est le réformateur ardent. Saint Bernardin de Sienne meurt d'épuisement, toujours sur la brèche, le 20 mai 1444.

Antienne d'entrée de la messe de saint Bernardin de Sienne :

"Au nom de Jésus, que tout être vivant tombe à genoux et que toute langue proclame «Jésus Christ est Seigneur» pour la gloire de Dieu le Père." (Philippiens 2, 10-11)

Prière franciscaine

 "Je me suis endormi…Mais je suis ressuscité,
mon Père très saint m’a reçu dans sa gloire.
Père saint, tu m’as pris par la main droite;
ta volonté m’a conduit, tu m’as accueilli dans ta gloire." (extrait des Psaumes de l'office de la Passion de saint François)

Resurrection de Jesus Christ

Père, je te rends grâce et je te bénis pour la résurrection de ton Fils Jésus Christ.
Père, tu prépares ainsi notre propre résurrection.
Apprends-moi à vivre chaque réveil comme un apprentissage de ma résurrection
et chaque relèvement de chute comme un relèvement pour plus de vie . Amen !

EXPLOITATION HUMAINE

a group of migrants shout slogans and display a banner at the saint ludovic border crossing on the mediterranean sea between vintimille italy and menton 5359265

 

APPEL URGENT

HabiterAutrement

Liens de la famille franciscaine

 cefcorrefOFMCapucinsfranciscains romeOFMConventuelsCFI TORfranciscan inter

Please publish modules in offcanvas position.